Qu'est-ce que sœur andré ?

Lucile Randon, en religion sœur André1, née le à Alès, dans le département du Gard en France, est une religieuse vincentienne, infirmière et supercentenaire française.

Elle est officiellement la doyenne des Français depuis le , la doyenne des Européens depuis le et la doyenne de l'humanité depuis le , date de la mort de la Japonaise Kane Tanaka.

Compte tenu des connaissances de l'état civil en 2022, elle est la quatrième personne la plus âgée de tous les temps et la deuxième en France et en Europe après Jeanne Calment.

Biographie

Lucile Randon naît le à Alais (Alès depuis 1926)2{{,}}3, de Paul Randon, instituteur à l'école primaire supérieure de la ville, né le à Sainte-Croix-Vallée-Française en Lozère, et d'Alphonsine Delphine Yéta Soutoul, née le à Cros dans le Gard. Elle naît avec une sœur jumelle, Lydie, qui meurt l’année suivante, le , dans la même ville.

La famille est protestante huguenote et le grand-père de Lucile est pasteur4, mais ses parents ne sont pas pratiquants5. Lucile Randon a deux frères aînés6{{,}}7, dont André né en 1892 à Saint-Hippolyte-du-Fort8, dans le Gard.

En 1916, âgée de , elle devient gouvernante de trois enfants à Marseille chez un médecin. En 1920, elle est engagée à Versailles comme institutrice dans la famille Peugeot. En 1922, elle rejoint une autre famille, comme gouvernante et institutrice, où elle va rester quatorze ans9.

Elle s'est ainsi rapprochée de son frère aîné André qui, le , a été nommé juge de paix à Houdan10{{,}}, ville proche de Versailles.

En 1923, après avoir fait son catéchuménat chez les sœurs de Notre-Dame du Cénacle à Paris, elle y reçoit le baptême catholique11 et y fait sa première communion. En 1944, elle entre dans la maison des Filles de la charité pour accomplir son noviciat12, rue du Bac à Paris13. Elle prend alors en religion le nom de « sœur André » — sans « e » final puisqu'elle se nomme ainsi en référence à son frère aîné André, lequel était perplexe vis-à-vis de son entrée en religion14.

En 1945, sœur André part en mission à l'hôpital de Vichy, au service de quarante orphelins et de personnes âgées ; elle y reste vingt-huit ans15. En 1973, elle est envoyée à l’hôpital de La Baume-d'Hostun, dans la Drôme, pour les gardes de nuit16.

En 1979, âgée de , elle prend sa retraite et entre à la maison de retraite (devenue établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en 2002) des Marches en Savoie, où elle passe trente ans. Le , elle arrive à Toulon et entre à l'Ehpad « Sainte-Catherine-Labouré », à l'âge de 17.

Dans les années 2010, elle développe une déficience visuelle suffisante pour être assimilée à de la cécité18.

En , à presque , sœur André est testée positive à la Covid-19 comme une grande partie des pensionnaires de l'établissement, mais guérit dans les semaines suivantes19{{,}}20{{,}}.

Doyennetés

À la mort d'Honorine Rondello le , sœur André devient la doyenne officielle des Français21{{,}}22.

Le , elle devient, après Jeanne Calment, la deuxième personne française la plus âgée de tous les temps dont l'âge a été officiellement validé, puis les et la deuxième personne française à avoir atteint les âges de et . Le , après la mort de l'Italienne Maria Giuseppa Robucci, elle devient également la doyenne d'Europe et la deuxième personne vivante la plus âgée au monde dont l'âge est officiellement validé, derrière la Japonaise Kane Tanaka. Le , elle surpasse l'âge d'Emma Morano et devient la deuxième personne européenne la plus âgée de tous les temps.

Le , à la suite de la mort de la Brésilienne Francisca Celsa dos Santos, sœur André devient la dernière personne vivante connue à être née en 190423. Elle est également la seule personne à avoir dépassé l'âge de sans le statut de doyenne de l'humanité et la première Française depuis Jeanne Calment à avoir survécu à tous ses compatriotes nés jusqu'à cinq années après elle.

Le , elle devient la doyenne de l'humanité à la mort de la Japonaise Kane Tanaka24{{,}}25 à .

À la suite du décès de Tekla Juniewicz survenu le 19 août 2022, sœur André a survécu à l'ensemble des humains nés jusqu'à trois ans après elle.

Notes et références

Notes

Références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Footnotes

  1. André sans « e » final, car elle a choisi ce nom en religion en l'honneur de son frère aîné André. Il s'agit donc bien du prénom masculin « André ».

  2. .

  3. .

  4. .

  5. .

  6. .

  7. .

  8. .

  9. .

  10. .

  11. .

  12. .

  13. . Source d'origine : sœur andré. Partagé avec Licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0

Catégories