Qu'est-ce que mathieu hanotin ?

Mathieu Hanotin, né le à Compiègne (Oise), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste, il est député de la 2<sup>e</sup> circonscription de la Seine-Saint-Denis de 2012 à 2017, et conseiller départemental de ce même département de 2015 à 2021.

À l'issue des élections municipales de 2020, il est élu maire de Saint-Denis et président de l'établissement public territorial Plaine Commune.

Biographie

Il commence le militantisme au syndicat étudiant UNEF alors qu'il suit des études de droit et d’histoire à l’Université de Strasbourg, puis à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne1. Il adhère au Parti socialiste en 19962. Il devient ensuite cadre à la mairie de Paris aux côtés du maire-adjoint chargé des sports Pascal Cherki3.

Mandat au département

Il s'installe en Seine-Saint-Denis vers 20054. Il se présente et est élu en mars 2008 conseiller général du canton de Saint-Denis-Sud, face au sortant communiste Ronan Kerrest5, dont le canton était réputé imprenable6. Nouveau président du conseil général de la Seine-Saint-Denis, Claude Bartolone charge le benjamin du conseil de conduire la priorité du département, en tant que vice-président chargé de l'Éducation, de la citoyenneté et de la lutte contre les discriminations7. En 2011, sa vice-présidence s'étend à l'éducation et de la jeunesse8. Le département vote en 2010 un plan exceptionnel d’investissement de pour la construction ou reconstruction de , dont en maîtrise d’ouvrage directe et en contrat de partenariat9{{,}}10.

Candidat aux élections départementales de 2015 en binôme avec Nadège Grosbois, il devance au premier tour le duo formé des deux conseillers généraux sortants Front de gauche de Saint-Denis Bally Bagayoko et Florence Haye, ticket sur lequel le président de Plaine commune Patrick Braouezec était suppléant11, puis reste seul en lice pour le second à la faveur d'un accord départemental de désistement des candidats de gauche pour le mieux placé12. Conseiller départemental chargé du sport et des grands événements, il fait adopter en un programme d'investissement sur les piscines, prévoyant notamment un nouvel équipement à Pierrefitte-sur-Seine13, et est responsable du projet départemental pour la candidature française pour Jeux olympiques de 2024, qui inclut notamment la construction d'une piscine olympique près du Stade de France et la reconstruction de la piscine Marville14.

Accusé de ne pas avoir soutenu la candidature de la liste menée par Gilbert Roger aux sénatoriales, la fédération vote en une motion lui demandant de se démettre de la présidence du groupe des élus socialistes au conseil départemental15. Il en démissionne en novembre, affirmant que sa délégation au sport et à l’organisation des grands événements comme les Jeux olympiques d'été de 2024 le mobilise beaucoup16.

Mandat de député

Après avoir soutenu Martine Aubry lors de la primaire de 2011, il soutient la campagne présidentielle victorieuse de François Hollande17. Candidat aux élections législatives de juin 2012, il est élu député de la Seine-Saint-Denis dans la (Saint-Denis, Pierrefitte-sur-Seine, Villetaneuse) en devançant le candidat du Front de Gauche et député sortant Patrick Braouezec18, qui se maintient au second tour malgré un accord départemental de désistement réciproque entre Socialistes et Communistes19. Son élection est marquée par le chahut de partisans du candidat sortant dans la salle des réceptions de Saint-Denis à l'annonce des résultats20.

Membre de la Commission des Affaires culturelles et de l'Éducation, il s'engage sur différents sujets21 en lien avec les préoccupations des habitants de banlieue : l'éducation et le logement. Dans le cadre du projet de loi ALUR de Cécile Duflot, il fait adopter plusieurs amendements pour lutter contre le logement insalubre22. Le décret d'application de la mesure prévoyant de définir où les maires peuvent exiger un est pris en 23. Il fait amender le projet de loi de refondation de l'école sur l'éducation prioritaire et sur la transition entre l'école primaire et le collège24. Il appuie le centre hospitalier de Saint-Denis afin qu'il soit le siège du groupement hospitalier de territoire l'unissant à l'hôpital de Gonesse25 et soutient financièrement la création de la Maison des femmes de l'hôpital Delafontaine ouverte en 201626.

Membre de la délégation aux outre-mers, il rend avec Jean-Jacques Vlody un rapport d’information parlementaire sur l'octroi de mer27. Président du groupe d’amitié entre la France et Haïti, il s'élève en 2015 contre les déchéances de nationalité et d’expulsions dont sont victimes des milliers d'originaires d'Haïti en République dominicaine28. Il se mobilise pour la reconnaissance officielle du massacre du 17 octobre 1961 à Paris29.

Rappelant un des engagements de campagne de François Hollande sur l'amélioration des rapports entre la police et la population, il dépose en 2016 un amendement visant à la remise d'un récépissé lors des contrôles d'identité30. Destiné à lutter contre les contrôles au faciès, il est cependant rejeté31 quelques mois avant que l’État ne soit condamné pour ce motif, en , par la Cour de cassation32.

Dans le cadre de l'examen du projet de loi pour une République numérique, il fait adopter en un amendement pour garantir le droit au maintien à une connexion internet pour les ménages en difficultés, dont l’expérimentation débute dans deux départements en 33{{,}}34.

Membre du courant de gauche Un monde d'avance fondé par Benoît Hamon35, il s'abstient le sur la réforme des retraites présentée par le gouvernement Ayrault, se déclarant avec plusieurs autres élus de l'aile gauche du parti 36{{,}}37 Après les annonces budgétaires de Manuel Valls en , il cosigne avec notamment Christian Paul un courrier dans lequel il explique le plan d'économies du gouvernement ne saurait dépasser au lieu des 50 prévus38. Avec députés socialistes, il s'abstient sur le vote du suivant la déclaration du Gouvernement sur le projet de programme de stabilité pour 2014-2017, premier acte des députés frondeurs39. Il s'oppose au projet présidentiel d'inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution40. Faisant partie des parlementaires de gauche qui rappellent dès l'automne 2012 au président François Hollande son engagement sur la mise en place du droit de vote des étrangers aux élections locales41, il est cosignataire d'un amendement qui l'aurait dans le projet de réforme constitutionnelle de 201642{{,}}43.

Il est le directeur de campagne de Benoît Hamon, candidat à la primaire citoyenne organisée en vue de l'élection présidentielle de 201744. Lors du rassemblement de lancement de sa candidature organisé à Saint-Denis, Mathieu Hanotin considère que faisant référence aux arrêtés anti-burkini45. Avant le premier tour, alors que Benoit Hamon s'est hissé parmi les favoris après avoir été initialement vu comme un outsider, il se félicite d'avoir réussi à polariser le débat autour des questions sociales et du travail : . De fait, Benoit Hamon vire en tête du premier tour de la primaire avec 36 % des voix46. Après la primaire, il devient codirecteur de la campagne présidentielle avec le député Jean-Marc Germain47, mais Benoit Hamon n'obtient que 6,35% de voix et n'est pas qualifié pour le second tour de la présidentielle48. À l'automne, il publie dans Libération un feuilleton en sur la campagne présidentielle49.

Il s'associe au projet de lancement au début de l'été 2017 du mouvement Dès demain révélé le par Anne Hidalgo et Martine Aubry et Christiane Taubira, où l'on retrouve aussi bien Luc Carvounas que les écologistes Karima Delli et Christophe Najdovski50. Il annonce dès le qu'il au futur Premier ministre nommé par Emmanuel Macron51, mais il manque de peu la qualification pour le second tour et n'est donc pas réélu52. Il apporte son soutien au lancement du mouvement de Benoît Hamon Génération.s mais reste membre du PS53.

Candidat à sa réélection aux élections législatives de 2017 dans sa deuxième circonscription de la Seine-Saint-Denis, il récolte 19,2 % des suffrages exprimés, un résultat insuffisant pour lui permettre d'accéder au second tour. Il cède ainsi son siège au communiste Stéphane Peu, élu au second tour face à la candidate LREM54.

Mandats municipaux et intercommunaux

En , il se déclare candidat à la mairie de Saint-Denis en vue des élections municipales de 201455{{,}}56{{,}}57. Il obtient 34,3 % au premier tour, contre 40,2 % pour le maire communiste sortant, Didier Paillard. Face à ce dernier, il est battu au second tour en obtenant 49,50 % des voix58. Le mois suivant, il choisit de conserver son mandat de conseiller général et de démissionner de celui de conseiller municipal pour laisser sa place au suivant de sa liste59.

Alors que la ville de Saint-Denis édite depuis un journal évaluant le respect de ses engagements électoraux, les socialistes distribuent peu après à la population un questionnaire pour évaluer le bilan de la municipalité60.

En , il lance publiquement la démarche Notre Saint-Denis en vue des élections municipales de 202061. Lors du premier tour, le , il obtient 35,3 % des suffrages alors que le communiste sortant Laurent Russier est deuxième avec 24 % des voix62 et remporte le second tour du avec 59 % des voix face au maire sortant. Il est élu maire le , devenant. le premier maire dionysien issu du Parti socialiste après plus de soixante-dix ans de victoires communistes63.

Parmi ses premières mesures prises à l'automne 2020 figurent plusieurs dans le domaine de la sécurité publique64 : renforcement des effectifs de la police municipale et son armement, la création d'un centre de supervision urbaine et l'armement des agents65, rénovation de l'ancien commissariat pour y relocaliser la police municipale66, abandonnant l'idée d'utiliser le site pour y implanter un conservatoire de musique67. Il fait de la lutte contre l’habitat indigne une autre priorité de son mandat en renforçant les inspecteurs d'hygiène et en favorisant les travaux d’office68{{,}}69.

Sa volonté de réformer de les conditions de travail des agents municipaux est contestée par la majorité des syndicats70 et provoque un conflit social de plusieurs semaines71{{,}}72{{,}}73.

Au terme des élections municipales de 2020, il est également élu président de l'établissement public territorial Plaine Commune74{{,}}75. En , il fait réadhérer les villes de Plaine Commune au Syndicat des eaux d'Île-de-France, dont six villes avaient mis la décision en attente d'une expertise pour quitter cet syndicat intercommunal, pour défendre le choix d'une régie publique au sein du SEDIF76.

Mandats

En cours

Anciens mandats

Ouvrage

Décoration

Notes et références

Voir aussi

Liens externes

Source d'origine : mathieu hanotin. Partagé avec Licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0

Footnotes

  1. .

  2. Résultats des élections législatives 2012 : SEINE SAINT-DENIS (93) - , ministère français de l'Intérieur

  3. Sophie Huet, « La gauche vote sans enthousiasme la réforme des retraites », in Le Figaro, mercredi 16 octobre 2013, page 4.

  4. .

  5. « Le député PS Mathieu Hanotin se présente contre le maire PC de Saint-Denis », Le Parisien, 26 août 2013.

  6. « Municipales : duel PS-PCF à Saint-Denis ? », Le Figaro, 27 août 2013.

  7. .

  8. .

  9. .

  10. .

  11. .

  12. .

  13. .

  14. .

  15. .

  16. .

  17. .

  18. .

  19. .

  20. .

  21. .

  22. .

  23. .

Catégories