Qu'est-ce que la petite sirène ?

La Petite Sirène, illustration de
Bertall. vignette|Autre illustration de
Bertall. La Petite Sirène(), parfois appeléLa Petite Ondine, est un conte de Hans Christian Andersen paru en 1837.

Résumé

La petite sirène vivait sous la mer auprès de son père, le roi de la mer, de sa grand-mère et de ses cinq sœurs. Lorsqu’une sirène atteignait l’âge de quinze ans, elle était autorisée à nager jusqu’à la surface pour contempler le monde extérieur.

Lorsque la petite sirène eut enfin atteint cet âge, elle se rendit à la surface de la mer. Elle y aperçut un navire à bord duquel se trouvait un beau prince de son âge. Une tempête se déclencha, le navire chavira et le prince tomba à l’eau. La petite sirène le sauva en le ramenant, inconscient, au rivage. Une jeune femme surgit à ce moment et la sirène s’éclipsa. Le prince, à son réveil, aperçut la jeune femme et pensa que cette dernière l’avait sauvé.

Surprise d’avoir découvert que les hommes mouraient très vite, la petite sirène questionna sa grand-mère. Celle-ci lui apprit que les hommes vivaient bien moins longtemps que les sirènes mais qu’ils avaient une âme éternelle. La petite sirène voulut, elle aussi, avoir une âme éternelle.

Résolue à séduire le prince, la petite sirène alla trouver la sorcière des mers. Celle-ci lui remit un philtre qui transformerait sa queue de poisson en jambes d’être humain. Pour prix de ce service, la sorcière exigea de la sirène sa voix magnifique et elle lui coupa la langue.

La petite sirène nagea jusqu’à la côte. Assise sur la grève, elle but le breuvage. Éprouvant une terrible douleur, comme si elle avait été transpercée par la lame d’une épée, elle s’évanouit.

À son réveil, le prince se tenait devant elle, il la prit par la main et la conduisit au palais. À chaque pas, comme la sorcière l’en avait avertie, il lui sembla marcher sur des couteaux aiguisés. Le prince, jour après jour, s’attachait à la petite sirène, mais il ne pouvait oublier la jeune fille qui, croyait-il, l’avait sauvé et qu’il n’avait plus revue depuis ce moment.

Un jour, le prince fut contraint par ses parents d’épouser une princesse. Il déclara à la petite sirène qu’il préférerait l’épouser mais qu'il se devait d’aller rencontrer sa promise. Là, il découvrit que la princesse était la jeune fille du couvent qui l’avait trouvé sur le rivage. Le prince en tomba instantanément amoureux et annonça leur mariage.

Sur le navire du retour, alors que le prince s’enivrait de l’amour de la princesse, la petite sirène, en proie au plus grand désespoir, contemplait la nuit. Elle guettait à l’orient la lueur rose de l’aube qui signifierait sa mort. Soudain, la petite sirène aperçut ses sœurs à la surface de la mer. Mais la petite sirène ne put se résoudre à tuer le prince : elle se jeta dans la mer mais au lieu de se transformer en écume, elle rejoignit les pour sa bonne action.

Commentaire

Dans ses Mémoires, Edward Collin écrit : Homosexuel refoulé et aux allures féminines, l’auteur aurait fait de ce conte une métaphore pour exprimer son amour non-réciproque pour Collin, le fils de son bienfaiteur1{{,}}2{{,}}3. François Flahault rejette cette interprétation et voit la morale de fin comme un renoncement à l'amour impossible et interdit pour gagner le Paradis chrétien ; néanmoins, ledit philosophe est moins convaincu d'une homosexualité cachée :

Adaptations

Opéra

  • 1909 – La Petite Sirène, ballet danois de Fini Henriques (musique) et Hans Beck (chorégraphie).

Cinéma

Télévision

  • Un épisode de la série d'animation Simsala Grimm4.
  • 2013 : La Petite Sirène (téléfilm d’après la série Six en une fois (Sechs auf einen Streich) ou Les Contes de Grimm .

Ballet

  • 2017 : La Petite Sirène, ballet en deux actes de Jan Kodet, musique de Zbyněk Matějů.

Littérature

  • Ce que murmure la mer, roman de Claire Carabas (2017), réécriture du conte chez l'éditeur spécialisé Magic Mirror.

Attractions

Hommage

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

  • Hans Brix et Anker Jensen, « Biographie d'Andersen », Les Contes d'Andersen commentés et annotés, Gyldendal, 1931 ; rééd. 1957, 2 vol.
  • Pierre Georget La Chesnais, Intégrale des contes d'Andersen, préfacée et commentée, 4 vol. Mercure de France, Paris, 1964.
  • Monica Stirling, Andersen et son temps, traduit de l'anglais par Claude Saunier, Jean-Jacques Pauvert, Paris, 1966.
  • Elias Bredsdorff, Hans Christian Andersen, Presses de la Renaissance, Paris, 1989
  • Hans Christian Andersen, Les Habits neufs de l'empereur, éd. Didier jeunesse, 2004.

Liens externes

Source d'origine : la petite sirène. Partagé avec Licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0

Footnotes

  1. Michel Larivière, Le Dictionnaire historique des homosexuel.le.s célèbres, 2017

  2. Agnès Giard, Les contes sexuellement suicidaires d’Andersen, 2015

Catégories