Qu'est-ce que alekseï stakhanov ?

Alekseï Grigorievitch Stakhanov (en ), né le à Lougovaïa près d'Orel et mort le à Torez dans l'oblast de Donetsk, est un célèbre mineur soviétique dont le nom fut largement exploité par la propagande stalinienne1{{,}}2.

Lors d'un concours organisé par le Komsomol, Alekseï Stakhanov, haveur du Donbass aurait accompli quatorze fois la norme d'extraction du charbon, le , soit en six heures de travail pour une norme de sept tonnes d’après les services de propagande, un chiffre en partie contesté3. La propagande soviétique en a fait par la suite un exemple pour tous les ouvriers de l'URSS4. Cette promotion du sacrifice personnel et de l'émulation entre travailleurs pour le bien du Parti a reçu le nom de stakhanovisme5{{,}}6{{,}}7.

Carrière

En 1927, Alekseï Stakhanov débute à la mine de « Tsentralnaïa-Irmino », dans la ville de Kadiïvka (Donbass). Sous le système soviétique, toutes les mines de charbon sont gérées par l'État et ont des objectifs précis à atteindre chaque mois. La mine de Tsentralnaïa-Irmino a toujours des performances plus basses que le reste de la région quand Stakhanov y est affecté8.

En 1933, Stakhanov est affecté à l'équipe des perforateurs. Les mineurs utilisent des piolets pour détacher le charbon, puis le mettent dans des wagons et le font sortir de la mine par des chevaux. Allongé sur le côté ou sur le dos, le mineur perfore le charbon et s'occupe de surélever le plafond de la mine quand il n'a plus la place de passer. Stakhanov propose d'avoir un mineur chargé de la perforation, un autre du chargement du charbon sur les wagons, un autre de surélever le plafond de la mine quand c'est nécessaire et un dernier menant le poney, plutôt qu'un seul mineur enchaînant toutes ces tâches. Plutôt qu'un piolet, Stakhanov utilise une perceuse minière, qui pèse très lourd et exige une formation préalable9.

Le directeur de la mine accepte de tenter l'expérience. Le , on rapporte que Stakhanov et ses trois collègues ont extrait de charbon, un record, en de travail, soit quatorze fois son quota10. De ce fait, il gagne 200 roubles au lieu des 23 à 30 qu'il avait habituellement11.

Son exemple est d'abord publié dans le journal local Kadievsky Proletary, puis repris par la Pravda à l'initiative de Grigory Ordjonikidze12. Il apparaît même sur la couverture du magazine Time13. L'héroïsme des ouvriers, à l'époque, est souvent valorisé, et Stakhanov en est un exemple criant14.

La véracité de ce record est contestée. Selon l'historien expert en mouvement stakhanoviste Igor Avramenko, le travail du mineur à l'époque relevait aussi bien de l'extraction du charbon que de la consolidation des parois de la galerie au fur et à mesure de son avancement. Toutefois, Stakhanov a été déchargé de cette dernière tâche qui fut partagée entre deux de ses collègues : Borisenko et Tchigolev. Les supérieurs de Stakhanov ont omis d'en parler pour amplifier l'effet de l’exploit de leur héros en devenir15.

Entre 1936 et 1941, Stakhanov étudie à l'Académie industrielle de Moscou et devient ami avec Vassili Djougachvili, fils de Staline16. Entre 1941 et 1942, il est directeur de la mine de Karaganda17. Entre 1943 et 1957, Stakhanov travaille au ministère de l'Industrie du charbon de l'Union soviétique. Entre 1957 et 1959, il est nommé directeur adjoint du combinat Chistiakovantratsit, puis devient ingénieur-chef assistant de la gestion de la mine du combinat de Torezantratsit jusqu'à sa retraite, en 1974.

Entre 1974 et 1977, il donne de nombreuses interviews à divers médias, dont ceux de pays communistes de l'Europe de l'Est, où il dénonce l'attitude des ouvriers qui ne vont pas assez vite au travail, ou qui ne produisent pas assez.

En 1977, il meurt d'une crise cardiaque18, dans un service psychiatrique de l'hôpital de Thorez19.

Controverse concernant son prénom

Selon une information démentie par la fille de Stakhanov publiée dans le journal russe RIA Novosti, son véritable prénom n'aurait pas été Alekseï, mais Andreï20. À l'époque, l'erreur de frappe dans l'article de la Pravda relatant son exploit l'aurait rebaptisé. À ce propos, selon une version, Stakhanov aurait écrit une lettre à Staline demandant la rectification, à quoi ce dernier aurait répondu que la Pravda ne commettait pas d'erreurs. Selon l'autre version, c'était Poskrebytchev, le secrétaire particulier de Staline, qui aurait évoqué le sujet et, là aussi, Staline aurait dit , après quoi Stakhanov serait devenu officiellement Alekseï21. Lors d'un entretien en 2012, la fille d'Alekseï Stakhanov dément formellement ces rumeurs et déclare qu'elle n'a jamais entendu personne appeler son père Andreï et que ce nom n'a jamais été utilisé par sa famille22.

Récompenses et distinctions

Stakhanov est député du premier Soviet suprême.

Il devient Héros du travail socialiste, reçoit l'Ordre de Lénine deux fois, l'Ordre du Drapeau rouge du Travail et de nombreuses médailles. Le dernier dimanche d'août est déclaré « Journée du mineur de charbon », vraisemblablement en son honneur.

En 1978, la ville de Kadiïvka, où il avait accompli ses exploits, est rebaptisée Stakhanov. Après la décommunisation en Ukraine, celle-ci retrouve son nom originel en 2016. Le concept de stakhanovisme porte son nom23.

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Footnotes

  1. Éric Vigne, Stakhanov, ce héros normatif, Vingtième Siècle. Revue d'histoire, , , 1984, .article en ligne.

  2. .

  3. , d’après .

  4. .

  5. .

  6. .

  7. .

  8. .

  9. « Heroes of Labor », Time Magazine, .
    « 'Soviet leaders' gifts go on show », BBC News, .

  10. .

  11. , traduction d'un article publié le 16 février dans Dzerkalo Tyjnia à Kiev.

  12. N. Troitskiy, « Stakhanov's feat. Myths and reality », RIA Novosti, .

  13. .

  14. .

  15. . Source d'origine : alekseï stakhanov. Partagé avec Licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0

Catégories